People Always Leave

← Retour au journal

juin 2010

Rimmel.

Aujourd'hui, pour la première fois depuis quelques années, j'me suis maquillée pour aller en cours. Ca m'a pris parc'que ce week-end, j'ai trouvé une nouvelle façon d'me maquiller, et j'aime assez, alors j'ai envie de tester dans la vie de tous les jours. J'trouve ça certes inutile, mais j'veux au moins faire un test. Le premier, c'était Dave. "Eh, y'a que'que chose qui a changé chez toi !". Le deuxième, c'était Robess : "Qu'est-c't'as fait à tes yeux ?", avec un grand sourire. J'ai changé d'sujet. Ensuite il y a eu Louis : "Eh, tu t'maquilles pas d'habitude. C'est chouette (...)

Souvenir..

L'autre jour j'voulais relire un des plus beaux moments d'ma vie, mais en fait j'me suis rendue compte que j'l'avais jamais écrit. C'était un soir de fête de la musique, il y a probablement 2 ans (déjà ?!) à Sa. J'y étais avec ma voisine et des potes à elle. Là-bas j'ai rejoins Jul'. On avait passé une toute bonne soirée. Comme d'hab' j'avais revu beaucoup de monde. Je crois que c'était prévu que Jean y aille aussi parc'que j'l'avais cherché toute la soirée. J'avais même croisé Marion et j'ai essayé d'lui d'mander discrètement si son frère était là, mais elle avait vu (...)

In the brain.

Aujourd'hui, j'ai dis à Manu que j'arrivais pas à comprendre à quoi peut penser un assassin, un violeur ou un pédophile. Qu'est-c'qui leur passe par la tête ? Dans quel état sommes-nous pour arriver à franchir le seuil entre la simple pensée et l'acte. Et encore, entre, il y a un monde, celui de pouvoir mille fois faire demi-tour, changer d'avis, reprendre conscience, retrouver sa morale, ses principes, sa logique. J'en ai aussi parlé à Papa avant, il m'a répondu la même chose que Manu : il répond à ses pulsions, il n'y a plus que ça qui compte. Manu m'a dit aussi que ces (...)

After Midnight.

Hier soir j'ai été voir Tin-Mar en concert avec William. C'était génial ! Comme d'hab'. J'kiffe trop c'qu'ils font, j'suis leur plus grande fan. J'admire leur naturel, leur humilité et leur professionalisme sur scène. J'les adore. J'ai notamment beaucoup aimé les regards avec le batteur. Il cherchait à m'impressionner j'ai l'impression. Il maitrise à mort son instrument et il le montrait bien. J'espère le revoir bientôt. William est moins beau les ch'veux courts, ça m'fait bizarre, mais j'm'y f'rais, forcément... J'ai décidé d'oublier un peu Thomas. Faut pas que j'lui porte (...)

LS

Trop déçue par le film Millénium. Ils l'ont trop chié par rapport au livre. Plein de truc rajouté, inventé. Franchement, c'est l'pire qu'on puisse faire. J'irais quand même voir les deux autres au ciné. Faut dire que j'l'ai pas r'gardé en bonne qualité. Hier soir on a fait l'audition des élèves à Ott. Ensuite nous on a joué la 3ème partie. C'était sympa, sauf que j'ai fait des fautes trop conne et j'ai failli tombé d'la scène quand on essayait en vain d'ouvrir le pupitre de Marion. Toute la salle s'est mise à rire alors j'me suis rattrapée et j'suis direct allée (...)

"La reine dans le palais des courants d'air".

Il arrête pas d'dire qu'il est content d'me voir, que quand j'suis là c'est tout d'suite plus gai. Quand j'lui dit qu'il ment, il fait "Rhooooo ! Mais nan !" avec un grand sourire. Il a un espèce de tic aussi qui m'fait trop rire. Il ouvre la bouche et bouge un peu sa tête. Un truc comme ça, c'est trop fort. Hier, on s'est mis à parler de string (parc'qu'il cherchait quelque chose qui fait 3mm). Il m'a raconté qu'la seule fois où il a mis un string c'était pour un strip-tease. J'ai fais ma jalouse parc'que j'y ai pas assisté. Alors il m'a dit qu'il m'en f'rait un, mais que comme (...)

Le Grand Bleu.

Je pensais qu'il allait venir à midi avec METCK et Guy. En plus je sais qu'il m'a vu à la cantine, j'ai fais celle qui l'avait pas vue. Comme souvent il est v'nu quand je m'y attendais le moins. Tout d'un coup il était à côté d'mon bureau, la main tendue. J'croyais qu'c'était un vieux du BE. J'ai reconnu sa main. J'ai levé ma tête. Il m'a fixé droit dans les yeux avec un sourire, un beau sourire, un sourire magnifique. Je le lui ai rendu. Ensuite il est allé discuté avec Julien et Mathieu. J'voulais l'attendre pour descendre à l'atelier, mais il s'éternisait. En remontant j'ai (...)

Saint-Jean.

On sait toujours pas c'qu'il a foutu c'ui-là pour qu'on soit une fois par an, béat, posté comme des glandus, devant son bucher. Pourtant on y a médité. Mais l'heure n'était probablement à la philosophie. Quand j'y ai vu mes collègues, j'ai pas du tout pensé à Thomas. Mais alors vraiment. Et puis quand j'ai eu envie d'être avec eux, et qu'il est apparu derrière moi, j'étais plus qu'aux anges. Il m'a dit qu'ça fait une demi-heure qu'il me cherchait - on lui avait dit que j'tétais là, surement Mathieu. J'lui ai dit qu'j'étais contente qu'il m'ait enfin trouvé. Ensuite on a (...)

Bad.

Gary c'est fini. Ras-l'cul ! J'étais vraiment bad aujourd'hui. Beaucoup me demandaient pourquoi j'étais triste, qu'est-c'qui n'allait pas. Fuck ! Personne ne m'écoute alors j'dis rien. Robin s'est inquiété. Il m'a dit qu'il était là pour m'écouter. Ca m'a fait chaud au coeur. Mais non. Rien, je ne dirais rien. J'ai pas du tout fini mon dossier. Il est à rendre demain. Ca va être la course. (...)

Regain d'espoir.

C'matin, RAS. C't'après-midi, interro de français. Il f'sait assez chaud et malgré les f'nêtres ouvertes, Robin ne supportait plus. La prof a accepté qu'il se déplace. D'abord il voulait se mettre sur le bureau d'la prof mais elle lui dit qu'elle avait besoin de place. Alors il propose à côté de Thomess ou... de moi. J'y avais songé mais j'me suis dis que jamais il se poserait à côté d'moi. Je fus surprise quand il a dit "je préfère à côté de Sara d'ailleurs". Et bam ! Le voilà assis à côté d'moi. C'est d'jà assez rare que j'ai un voisin en cours, mais Robin en plus ! (...)

Rupture.

Vendredi soir, après les sushis et le ciné avec William, j'suis allée à notre point de RDV avec le Corse. J'ai attendu qu'il rentre, qu'il me dise qu'il n'a pas pensé aux capotes, qu'il n'a pas de monnaie sur lui et qu'il en a pas non plus chez lui. J'suis rentrée illico. Ce mec est une vraie lopette. Pas capable de s'organiser, de prendre ses responsabilités. Merde ! J'fais le trajet moi ! Il pourrait un peu y mettre du sien. J'lui ai répondu qu'au bout du 3ème faux plan consécutif, faut qu'il s'rende compte qu'il en a pas vraiment envie. Il me répond que si. J'lui ai posé un (...)

"La fille qui rêvait d'un bidon d'essence et d'une allumette"

Salander c'est un peu mon héroïne. J'aurais voulu être comme elle. Libre, insolente, courageuse et intelligente. Pour cela il aurait d'abord fallu que je n'connais pas mon père, chose inimaginable pour moi, puisque mon père, c'est mon héros. Le Corse s'est excusé hier. Il a dû r'marqué que j'étais distante avec lui. Il m'a envoyé une photo de lui, nun, pour soit disant me prouver qu'il avait envie d'moi. On s'est fixé un RDV vendredi soir, chez lui. J'espère que c'est encore pas une fois dans l'vent, j'suis un peu en manque. Mimi est de retour chez nous. Faut que j'me réserve (...)

Mariage, affinités et plan cul.

Le Corse m'a d'nouveau planté c'week-end. J'lui textote le matin pour qu'on s'voit l'soir, histoire de pas trop prévenir à la denière minute, il me répond pas. Du coup en soirée j'lui renvoie un message pour lui dire qu'il laisse tomber, surtout pour le faire réagir. Ben nan. Que dalle. Et hier il me dit salut et me fait la bise comme si de rien était. J'aimerais bien lui parler franco, en face à face, mais il est toujours collé avec Dave. C'est chiant. J'ai quasi passé mon week-end avec William. Vendredi soir on a squatté avec ses potes, mais pas tous. Que les meilleurs je (...)