People Always Leave http://sara.journalintime.com/ Until They Come Back. fr 2018-10-03T23:08:26+02:00 http://sara.journalintime.com/Rubinette-rosso Rubinette rosso J'ai décidé de garder mes distances avec Many. J'l'adore, j'ai envie d'passer du temps avec lui, j'ai envie d'le connaître davantage, j'ai envie qu'il m'apprenne encore d'autres trucs. Mais. Mais je sens que c'est à sens unique. Faut pas que j'me fasse des idées : il les appelle toutes "ma chérie". C'est sa personnalité même qui fait qu'avec lui j'me sens presque importante, que j'ai l'impression de compter. En fait non. Ce n'est qu'une illusion. Et, par expérience, ce genre de relation finit mal pour moi. A force de forcer, je fini par saouler l'autre. Donc, je prends mes J’ai décidé de garder mes distances avec Many. J’l’adore, j’ai envie d’passer du temps avec lui, j’ai envie d’le connaître davantage, j’ai envie qu’il m’apprenne encore d’autres trucs. Mais. Mais je sens que c’est à sens unique. Faut pas que j’me fasse des idées : il les appelle toutes "ma chérie". C’est sa personnalité même qui fait qu’avec lui j’me sens presque importante, que j’ai l’impression de compter. En fait non. Ce n’est qu’une illusion. Et, par expérience, ce genre de relation finit mal pour moi. A force de forcer, je fini par saouler l’autre. Donc, je prends mes responsabilités, je m’éloigne. J’ai surement merdé dimanche en l’ignorant comme j’l’ai fait, en le laissant m’appeler encore et encore sans me retourner, en ne lui prêtant pas mon jeu de LG. J’ai d’ailleurs prétexté un truc bidon, genre "nan mais faudra encore que j’vienne le chercher". Et lui de répondre : "Mais t’façon tu vas venir passer une soirée à la maison.". Ah bon ? Ah bon Many ? Quand ? Quand j’veux ? Ah bon ? Nan Many j’vais pas m’pointer à l’improviste chez toi comme ça. Avec toi tout paraît simple mais en fait non. Toi aussi tu es torturé, toi aussi tu penses trop. T’es trop extraverti et introverti en même temps. Tu appartiens à tout l’monde et à personne en même temps. J’sais même pas l’expliquer, j’sais juste qu’on s’ra jamais comme j’voudrais qu’on soit. J’t’ai trop fantasmé, j’ai trop imaginé et scénarisé déjà tout ça. J’ai déjà tout gâché. Et toi Many, tu m’as déjà oubliée…

]]>
2018-10-03T23:08:26+02:00
http://sara.journalintime.com/Passiflore-II Passiflore II J'voudrais parler de Sat. Mon magnifique cheval qui hier, une fois d'plus, m'a apporté une joie immense. J'voudrais dire qu'après plus de 2 ans à m'occuper d'lui quasi quotidiennement, c'est seulement aujourd'hui que j'pense vraiment apprendre à le connaître. Il me bouscule, il me sort de ma zone de confort, il me force à penser autrement, il m'oblige à me bouger, tout remettre en question et tout essayer. Je dis toujours qu'il est en réhabilitation mais en fait je l'suis tout autant. C'est vrai, il est comme un miroir. Il me renvoie une image parfois/souvent négative et ça me J’voudrais parler de Sat. Mon magnifique cheval qui hier, une fois d’plus, m’a apporté une joie immense. J’voudrais dire qu’après plus de 2 ans à m’occuper d’lui quasi quotidiennement, c’est seulement aujourd’hui que j’pense vraiment apprendre à le connaître. Il me bouscule, il me sort de ma zone de confort, il me force à penser autrement, il m’oblige à me bouger, tout remettre en question et tout essayer. Je dis toujours qu’il est en réhabilitation mais en fait je l’suis tout autant. C’est vrai, il est comme un miroir. Il me renvoie une image parfois/souvent négative et ça me renvoie à moi. Lui doit peut-être changer, mais dans l’histoire je crois bien que c’est moi qui ait changé le plus. Il fait parti de mon évolution, il en est une raison et un acteur.

Il est magnifique, dans son coeur j’veux dire. Il essaye si fort. J’en ai les larmes aux yeux de l’écrire. Ce ch’val me touche tellement. J’ai l’impression que, comme moi, il est hypersensible. Le moindre truc prend une proportion énorme. Il peut être têtu, en colère, frustré ou plein d’amour. Il est gauche souvent et un peu puéril. En fait mon cheval est imparfait et c’est ça qui est beau ! Aucun cheval, comme aucun humain, n’est parfait, mais c’que j’veux dire c’est que j’ai arrêté de vouloir le rendre parfait. Il est comme il est, je compose avec. C’est ça qui le rend magnifique. Il n’empêche qu’on progresse ensemble et c’est ça qui est beau.

Hier je lui ai dis que sa mauvaise manie n’est qu’un rideau, un arbre qui cache la forêt, que c’était pas un vrai problème mais une armure. Qu’il n’a plus besoin de jouer un jeu, qu’il doit me laisser tranquille, qu’il doit arrêter de vouloir être rassuré tout l’temps, qu’il doit apprendre à voler de ses propres ailes. Que lui et moi on va faire de grandes choses, qu’il mérite de voir du monde, de rencontrer d’autres chevaux, de vivre dans des espaces aussi grands que l’horizon. Qu’on y arrivera, qu’un jour tout ça sera de l’histoire ancienne et qu’on s’ra bien putain ! Comme deux vieux amis assis sous le porche d’une vieille ranch house. Un jour on se connaîtra par coeur, on aura plus besoin d’se parler, on le f’ra juste par plaisir. Ce jour-là sera un Trésor, en quelques sortes. Mais là, toi et moi Sat, on y va encore au triple galop de Notre Légende Personnelle.

J’te suis reconnaissante d’être dans ma vie même si je t’ai pas "vu" de suite. J’ai senti ton appel et aujourd’hui tu me possèdes. On s’est adopté mutuellement je crois. On s’est bien trouvé. J’veux juste ton bonheur, une certaine paix intérieure, la meilleure santé possible. J’veux qu’on grandisse et vieillisse ensemble mon pote. J’veux qu’on voyage ensemble. T’es ma bouche à nourrir et j’suis ta confidente.

T’es d’accord mon beau ? On y va alors ?

]]>
2018-09-23T17:47:01+02:00
http://sara.journalintime.com/Passiflore Passiflore Haha ! Je croyais pas si bien dire... Hier soir soirée moules frites. Je savais que Raph' venait donc j'me suis doutée qu'Occasion serait là aussi. Il était bien là, avec sa femme et sa fille. J'ai croisé sa femme d'abord, que j'ai salué mais que je n'arrivais pas alors à replacer. C'est quand j'l'ai vu avec lui que j'me suis souvenue qu'c'était elle. Lui, on s'est croisé une première fois au bar, on s'est vite fait salué. Ensuite j'l'ai évité toute la soirée. Ou presque. J'suis allée une fois débarrasser un plat chez lui et, sans faire exprès, j'l'ai effleuré, avec mon Haha ! Je croyais pas si bien dire…

Hier soir soirée moules frites. Je savais que Raph' venait donc j’me suis doutée qu’Occasion serait là aussi. Il était bien là, avec sa femme et sa fille. J’ai croisé sa femme d’abord, que j’ai salué mais que je n’arrivais pas alors à replacer. C’est quand j’l’ai vu avec lui que j’me suis souvenue qu’c’était elle. Lui, on s’est croisé une première fois au bar, on s’est vite fait salué. Ensuite j’l’ai évité toute la soirée. Ou presque. J’suis allée une fois débarrasser un plat chez lui et, sans faire exprès, j’l’ai effleuré, avec mon sein en plus haha ! Plus tard je discutais avec Raph' et il est passé derrière moi en me tenant par les hanches. Et puis la fin de soirée arrive et je dois annoncer les gagnants des tombolas. Evidemment il est dans la liste… sauf que l’orchestre met un temps fou à finir sa série de morceaux et j’le vois qui part. J’décide spontanément de lui courir après pour lui dire qu’il avait gagné une tombola, que j’allais faire la remise des prix dans 5 minutes, qu’il était pas obligé de rester, que j’voulais juste lui dire, qu’en fait Raph' pouvait le prendre pour lui. Il m’a remercié et avait alors l’air décidé de rester, mais sa femme n’avait pas l’air enchantée. Ils sont finalement partis. Mais j’ai vu son sourire, son air malin dans les yeux. J’crois que j’l’ai surpris, agréablement.

Il est pas mon type mais il est tout de même très beau. J’me demande c’que je f’rais si l’Occasion était à nouveau là. Honnêtement ? Je crois pas qu’je dirai non…

]]>
2018-09-23T17:21:09+02:00
http://sara.journalintime.com/C-est-r-parti-pour-un-tour C'est r'parti pour un tour. Mardi, Dé m'a envoyé un message sur FB pour mon anniv'. Mercredi soir j'l'avais au téléphone. Je n'saurais dire combien de temps ça n'était pas arrivé. 4 ? 5 ? 6 ans ? Je crois pas que depuis que j'suis rentrée on s'est appelé. On s'est d'abord raconté nos vies actuelles respectives, nos déboires amoureux. Et puis on s'est remémoré le passé. Et là, bim ! La claque ! On s'est rencontré il y a 10 ans. Ce journal a d'ailleurs commencé avec notre histoire. Et il a 40 ans quoi... Et moi 27 ! En se racontant notre passé j'arrêtais pas d'dire que j'étais vraiment jeune à Mardi, Dé m’a envoyé un message sur FB pour mon anniv'. Mercredi soir j’l’avais au téléphone. Je n’saurais dire combien de temps ça n’était pas arrivé. 4 ? 5 ? 6 ans ? Je crois pas que depuis que j’suis rentrée on s’est appelé.

On s’est d’abord raconté nos vies actuelles respectives, nos déboires amoureux. Et puis on s’est remémoré le passé. Et là, bim ! La claque ! On s’est rencontré il y a 10 ans. Ce journal a d’ailleurs commencé avec notre histoire. Et il a 40 ans quoi… Et moi 27 ! En se racontant notre passé j’arrêtais pas d’dire que j’étais vraiment jeune à l’époque !

C’est ouf comme il y a des relations qui durent mais qui sont présentes par épisodes. Des gens qui vont et viennent dans ta vie, comme ça, que t’oublies pas, qui t’oublient pas. Avec Thomas c’est un peu ça aussi. J’étais d’ailleurs surprise de son texto d’anniversaire, c’est pas son genre…

Mais avec Dé c’est encore plus particulier. Bizarrement nos routes se croisent souvent à des moments charniers. Là on vient chacun de sortir d’une relation de couple, en 2011 c’était le même cas pour lui et pour moi c’était le début d’un nouveau cycle. Pourtant je pensais pas plus à lui que ça, à vrai dire je pensais avoir paumé son numéro. Mais l’entendre à nouveau m’a fait du bien. C’était familier, c’était naturel. Je lui ai donc dit qu’on était reparti pour un tour. Sara et Dé, le Retour !

]]>
2018-09-21T12:40:23+02:00
http://sara.journalintime.com/B-day B day C'matin j'ai envoyé un message de soutien à Many pour son entretien. A midi il m'appelle : - Alors ? - J'ai foiré. Il me raconte alors comment il a pas su être lui-même, comment l'angoisse l'a fait perdre pied et sombrer dans un comportement défensif et introverti. Le fils du patron l'a provoqué plusieurs fois mais Many dit qu'il a pas su répondre correctement, qu'il a dit de bonnes choses mais pas au bon moment. Le gars a bien sûr constaté le malaise et lui ai laissé une chance de se ressaisir mais Many dit qu'il a pas su saisir cette chance. Bref, il a foiré son entretien. Il C’matin j’ai envoyé un message de soutien à Many pour son entretien. A midi il m’appelle :
- Alors ?
- J’ai foiré.
Il me raconte alors comment il a pas su être lui-même, comment l’angoisse l’a fait perdre pied et sombrer dans un comportement défensif et introverti. Le fils du patron l’a provoqué plusieurs fois mais Many dit qu’il a pas su répondre correctement, qu’il a dit de bonnes choses mais pas au bon moment. Le gars a bien sûr constaté le malaise et lui ai laissé une chance de se ressaisir mais Many dit qu’il a pas su saisir cette chance. Bref, il a foiré son entretien. Il était dégouté. Normal. Il m’a remercié de l’avoir écouté et a vite raccroché je trouve. Il voulait surement être seul.

C’matin j’étais un peu saoulée du taf et son organisation parfois chaotique, de la patronne et son non-savoir de former les gens. Ouais d’ailleurs, on en parle de ça ? J’ai déjà constaté ça plus d’une fois ! En fait, un bon patron c’est aussi celui qui sait former correctement ses employés et pas les laisser dans le flou total. Genre c’matin :
- Sara tu prends ce tracteur, tu vas dans ce verger et tu commences à cueillir les Rubinette Rosso, les rouge.
Pour moi c’était clair, elle parlait de la variété puisque les Rubinette sont normalement jaune. Je m’exécute donc. Surtout qu’elle me répète plusieurs fois qu’elle sera sur place dans peu d’temps. J’ai quand même eu le temps de cueillir 6 ou 7 arbres avant qu’elle débarque, pour l’entendre me dire :
- Ah ouais mais nan, j’t’avais demandé de cueillir que les rouge et laisser les verte sur l’arbre.
Ah bon ? Mais quand dans sa phrase elle expliquait tout ça ? Du coup ça m’a grave saoulé. J’aime pas faire d’la merde alors qu’en vrai j’pensais bien faire, tout ça parc’que la capacité d’explication d’un tiers est égal à environ zéro. Bordel mais quand tu veux un truc précis, tu l’expliques mieux que ça nan ? Et puis ce truc de juste donner des ordres bêtes au lieu de faire marcher le cerveau de tes employés, on en parle de ça ? Par exemple, si tu veux que ton employé construises une échelle et que tu lui dis :
- Prends ces deux longs bouts de bois, places-les parallèlement espacés d’environ 60cm, puis prends ces petits bouts de bois et mets-les à intervalles réguliers perpendiculaires entre les deux longs bouts de bois.
Ben le gars il va rien piger. Par contre si tu lui dis :
- Tu vois tous ces bouts de bois : construis une échelle avec stp.
Ben là, normalement, ça va déjà se mettre en marche dans sa tête et il va seulement avoir besoin des détails, mais pas de chaque étapes. Ca m’saoule qu’on arrive pas à piger ça. Si la patronne nous expliquait quelles pommes sont destinées à quoi (supermarché ou jus) ben on saurait mieux les trier. Nan au lieu d’ça elle nous file une liste de critères et fait quasiment du cas par cas. C’est débile. On perd du temps et ça fait des employés qui ne réfléchissent pas (ou trop) et qui ne prennent aucunes initiatives. De bêtes employés quoi. Des employés faciles à blâmer du coup. Alors qu’en fait : à qui la faute ?

Bref. C’est mon anniversaire aujourd’hui. 27, le chiffre maudit.

]]>
2018-09-18T00:47:21+02:00
http://sara.journalintime.com/Kothbiro Kothbiro Je sais pas trop quoi penser de cette soirée hier soir. J'l'ai attendue avec impatience toute la semaine, j'me suis imaginée dix mille scénarios possible et bien sûr rien ne s'est passé comme "prévu". Déjà, avant de partir du mariage, je décide d'appeler Many pour pas y aller pour rien au cas où il m'avait zappé. Il me dit que jamais d'la vie il aurait oublié ça, que quand il dit un truc il le fait. Mouais, bof. Le contraire s'est déjà vérifié. Et puis il m'annonce qu'ils viennent de finir le LG et qu'ils allaient tous faire un barbecue ensemble. Je fais un peu la moue, Je sais pas trop quoi penser de cette soirée hier soir. J’l’ai attendue avec impatience toute la semaine, j’me suis imaginée dix mille scénarios possible et bien sûr rien ne s’est passé comme "prévu".

Déjà, avant de partir du mariage, je décide d’appeler Many pour pas y aller pour rien au cas où il m’avait zappé. Il me dit que jamais d’la vie il aurait oublié ça, que quand il dit un truc il le fait. Mouais, bof. Le contraire s’est déjà vérifié. Et puis il m’annonce qu’ils viennent de finir le LG et qu’ils allaient tous faire un barbecue ensemble. Je fais un peu la moue, j’avais pas envie d’ça, j’avais envie d’être avec lui et faire une soirée posée comme il l’avait dit. Mais d’après lui on avait rien défini. Il a quand même senti ma mine renfrognée mais j’ai dit que c’était bon. Je l’ai rejoint à la laverie. D’entrée, après un long câlin, il m’annonce qu’il a passé un entretien pour un taf de commercial itinérant, qu’il avait été sélectionné parmi 15 personnes pour l’entretien final à Lyon lundi. Il cache pas sa joie, sa motivation, sa détermination mais aussi son stress. J’suis contente pour lui mais j’trouve rien d’autre à lui demander que : "tu vas partir alors ?". Non il va rester ici mais il sera souvent en déplacement quoi. Oui, ça m’emmerde. J’le kiffe ce gars. C’est comme inné entre nous, j’sais pas comment l’expliquer. C’est fluide et naturel. Bref. Ensuite on monte chez lui pour qu’il puisse étendre son linge. J’avais encore l’espoir qu’il dise que finalement on avait qu’à rester ici. Mais non, il s’est même dépêché.

En fait c’était bien ce barbecue. J’y ai rencontré Nass, un gars vraiment sympa que j’vais sûrement revoir bientôt. Un peu trop tactile à mon goût peut-être, mais voilà, j’ai pris sur moi. J’ai bien ri.

Mais ensuite Many voulait rentrer pour pas se coucher trop tard vu que lundi il doit se lever tôt pour prendre le train pour Lyon, donc il se force à se coucher tôt depuis quelques jours. Bref. Du coup il me demande : "Tu veux monter ? Enfin j’veux dire pour au moins récupérer ton jeu ? Ou pour discuter un peu ?". Haha ! Il était presque gêné. Du coup j’suis partie avec lui. On s’est posé chez lui. Il a mangé un bout, j’étais posée sur son canap', on a écouté d’la musique, discuté un peu. Honnêtement j’avais dans le projet de rester dormir. Mais quand il a dit : "Bon j’vais pas tarder à m’coucher moi", j’ai compris que j’étais pas inclue dans l’projet. J’lui ai d’mandé : "Tu m’chasses Many ? Tu veux dormir ?". Il a bafouillé un truc genre "tu peux rester dormir s’tu veux" mais j’ai bien senti qu’c’était pas trop sincère. Du coup j’me suis levée. Il fait genre "ouais cool comme ça on peut ouvrir le canap' et s’coucher" mais j’ai pris mon sac et enfilé mes pompes en lui disant que j’allais y aller. Et puis j’sais pas, il insiste pour qu’je reste mais s’excuse en disant qu’il avait besoin de repos et qu’il dormait toujours mal avec quelqu’un de nouveau. J’me dirige vers la porte, il insiste toujours : "mais restes ! Viens t’asseoir ! Pfffff t’es pénible...". Je l’sens, je l’sais, il dit ça sans conviction. Du coup j’commence à lui dire "Bonne nuit, bonne chance pour l’entretien...", j’suis quasiment sur le pas d’la porte. Et là j’sais pas comment, ni pourquoi, il part dans un monologue à propos d’ce taf et de j’sais-plus-quoi, il part loin, à tel point qu’à un moment j’me marre qu’il arrive à se souvenir de quoi il était parti. J’suis limite au point de m’endormir contre la porte, j’l’écoute mais j’arrête pas d’me d’mander pourquoi il m’dit tout ça. Et puis au bout de genre 10-15 minutes j’l’arrête et j’lui dit qu’il faut qu’il dorme, que j’comprends pas pourquoi il m’dit tout ça maintenant. Et v’là qu’il recommence. Du coup j’m’assois par terre et pose ma tête sur sa table basse en lui disant d’me prévenir quand il avait fini. Ca a pas duré, je crois qu’ça l’a perturbé. Du coup j’me suis levée pour me diriger vers la porte. Je crois alors qu’il dit que j’pourrais rester si j’voulais, qu’il s’excusait, je sais plus. J’me souviens juste du "tu reviendras dormir quand même ?" qu’il a sorti d’un coup, comme un truc qui est sorti tout seul. J’me suis retournée, j’l’ai regardé quelques instants, il me regardait aussi. Et puis j’ai juste dit "je sais pas". Je vais alors pour ouvrir la porte et sortir. Il m’dit : "tu m’dis même pas aurevoir". J’avais envie de dire "non Many, j’aime pas te dire aurevoir, j’ai pas envie d’te dire aurevoir, j’ai pas envie d’partir en fait". J’ai fait quelques pas dans l’couloir et j’me suis retournée. Il prend ses clés et se met à me raconter l’anecdote de quand il s’est retrouvé enfermé en dehors de son studio et qu’il a dû appeler un serrurier. Il peut pas s’en empêcher… Et puis il s’approche de moi et me sert fort dans ses bras. J’hésite mais cède vite… On est resté un bon moment comme ça. Il me chuchote "merci de ta compréhension" dans l’oreille. Je déglutis mais je réponds que j’comprenais parfaitement. Et puis il dessert l’étreinte alors je perds pas de temps pour m’enfuir…

C’matin j’ai mis mon portable à charger pendant la répèt' et c’est que quand j’suis rentrée que j’ai vu son message :"Bonjour, tu peux m’appeler… ?". J’l’ai appelé en allant au LG. Il voulait s’excuser pour hier soir, qu’il se sentait un peu fatigué, malade, mais qu’c’était pas du tout à cause de moi, qu’en temps normal jamais d’la vie il m’aurait laissé partir. Blablabla. J’lui dit qu’il a pas à s’excuser. Blablabla.

En fait, dans ma tête c’était clair que j’allais pas restée dormir au moment où j’ai senti un doute chez lui. J’étais plus du tout à l’aise, j’me sentais plus trop le bienvenu. Je déteste m’imposer. Plus tard j’me suis même dit que j’le f’rais jamais en fait, que c’était peut-être pour le mieux comme ça…

]]>
2018-09-16T22:58:00+02:00
http://sara.journalintime.com/Sur-un-nuage Sur un nuage J'suis bien putain, j'suis bien. J'ai fini le service à 22h30 hier soir. J'étais claquée alors une fois rentrée j'ai pas attendu longtemps pour me mettre au lit. J'ai quand même eu l'idée d'appeler Many, notamment pour récupérer le jeu LG de mon frère pour dimanche et donc éventuellement organiser une sortie avec lui. Il avait l'air emballé. Ce s'ra donc samedi soir chez lui. Mais comme j'ai hâte ! Dimanche Al a réparé ma voiture et moi j'ai observé. J'ai pas trop oser intervenir pour ne pas le gêner mais j'ai pas hésité à lui poser des questions. Je commence à bien J’suis bien putain, j’suis bien.

J’ai fini le service à 22h30 hier soir. J’étais claquée alors une fois rentrée j’ai pas attendu longtemps pour me mettre au lit. J’ai quand même eu l’idée d’appeler Many, notamment pour récupérer le jeu LG de mon frère pour dimanche et donc éventuellement organiser une sortie avec lui. Il avait l’air emballé. Ce s’ra donc samedi soir chez lui. Mais comme j’ai hâte !

Dimanche Al a réparé ma voiture et moi j’ai observé. J’ai pas trop oser intervenir pour ne pas le gêner mais j’ai pas hésité à lui poser des questions. Je commence à bien connaître ma voiture et son fonctionnement. J’adore !

Deuxième séance de shiatsu pour Sat ce soir. J’espère qu’il va se laisser aller…

]]>
2018-09-11T12:29:25+02:00
http://sara.journalintime.com/Je-confesse Je confesse. Ouais, c'est vrai, j'ai un peu abusé c'matin. Mais j'étais saoulée et touchée dans mon égo donc mon côté provocatrice est ressorti. Comme d'hab'. Faut que j'apprenne vraiment à gérer ça. Ensuite ça a tourné en boucle dans ma tête tous le reste de la journée. Encore maintenant. Alors qu'en fait c'était pas ouf. J'ai juste pris un appel au boulot, et, c'est vrai, j'me suis pas dépêchée pour raccrocher. Le fils de la patronne m'a demandé de ranger mon téléphone. L'appel a duré exactement 7 minutes et 57 secondes. Et puis bon il était midi, heure à laquelle on aurait dû Ouais, c’est vrai, j’ai un peu abusé c’matin. Mais j’étais saoulée et touchée dans mon égo donc mon côté provocatrice est ressorti. Comme d’hab'. Faut que j’apprenne vraiment à gérer ça. Ensuite ça a tourné en boucle dans ma tête tous le reste de la journée. Encore maintenant. Alors qu’en fait c’était pas ouf. J’ai juste pris un appel au boulot, et, c’est vrai, j’me suis pas dépêchée pour raccrocher. Le fils de la patronne m’a demandé de ranger mon téléphone. L’appel a duré exactement 7 minutes et 57 secondes. Et puis bon il était midi, heure à laquelle on aurait dû finir. Sauf que comme d’hab', eux, ils grattent, ils grattent, ils grattent. Quand il m’a demandé si ça me dérangeait de finir la ligne, j’ai dit oui, que j’devais m’barrer. D’jà qu’ça m’a saoulé de bosser c’matin, qu’en plus j’me tape le fils de la patronne comme chaperon, que j’ai du le remettre à sa place parc’qu’il arrêtait pas de répéter c’que j’devais faire et qu’en plus, une fois de plus, on finit pas à l’heure. Et puis, c’était Many au téléphone… J’les aime bien les Rot, la patronne et la fille en tout cas, les autres saisonniers sont sympas et l’ambiance est assez bonne, mais c’est vrai que chez Hag on finissait pile à l’heure et c’était motivant. Là, tu sais pas trop quand tu finis et ils disent absolument rien, donc tu cueilles vraiment jusqu’à qu’ils disent stop. Et mercredi c’était 18h quoi. Sauf que moi j’ai une vie à côté et j’y tiens. J’veux mon temps libre. J’veux pas bosser 6 jours sur 7 de 8h à 18h quoi. Ca m’intéresse pas. J’comprends qu’ils veulent que le taf soit fait, mais c’est LEUR taf, pas le mien. Moi j’veux juste faire mes heures, de temps en temps dépasser, mais pas tous les jours quoi. Je vois presque plus Sat, j’suis même plus chez moi quoi. Et le premier qui dit que j’suis une feignasse j’l’emmerde, parc’que j’enchaine 2 boulots moi donc mes journées de 13 heures je les fait largement. En plus j’ai toujours pas signé de contrat chez eux. Lundi je dois y remédier.

]]>
2018-09-08T19:27:19+02:00
http://sara.journalintime.com/Clutch Clutch Journée orageuse, dans tous les sens du terme. Pourtant ça avait bien commencé. J'm'étais levée à l'heure, j'ai pu préparer toutes mes affaires sans oublier mes chaussures de service. Mais bon j'ai bien senti qu'ma voiture n'allait plus tenir longtemps avec cet embrayage. Ben ça a pas loupé. L'embrayage a pété en plein dans le vignoble, et mon antenne radio avec ! La poisse. J'ai pu me laisser descendre jusqu'au village où Papa est venu me remorquer à la pause de midi. Le truc c'est qu'Al est pas sûr de pouvoir me la réparer dimanche. Ca veut dire que j'vais utiliser la voiture Journée orageuse, dans tous les sens du terme. Pourtant ça avait bien commencé. J’m’étais levée à l’heure, j’ai pu préparer toutes mes affaires sans oublier mes chaussures de service. Mais bon j’ai bien senti qu’ma voiture n’allait plus tenir longtemps avec cet embrayage. Ben ça a pas loupé. L’embrayage a pété en plein dans le vignoble, et mon antenne radio avec ! La poisse. J’ai pu me laisser descendre jusqu’au village où Papa est venu me remorquer à la pause de midi. Le truc c’est qu’Al est pas sûr de pouvoir me la réparer dimanche. Ca veut dire que j’vais utiliser la voiture des parents que j’aime pas. Mais bon, mieux que rien…

Le côté positif c’est que j’ai profité de mon après-m' pour nettoyer mon appart'. Le Chef m’a donné ma soirée demain soir, j’voulais en profiter pour éventuellement passer la soirée avec Many. Ben c’est mort. J’veux pas aller en ville avec le Viano. Alors à moins que Jonch avait prévu d’aller en ville… Sinon j’peux toujours relancer Thomas…

Sinon j’ai trouvé un site qui parle bien des multipotentiels. Et donc :
- Apprentissage et curiosité : mais grave ! J’suis tout l’temps avide d’apprendre, j’m’intéresse à plein de trucs, j’veux tout tester, et en plus j’apprends vite et j’ai un très bon sens de l’observation.
- Le besoin de nouveauté : ben ouais, mon CV le prouve. Autant j’me passionne pour pleins d’trucs, autant, très vite, j’peux m’en lasser. J’ai besoin de faire des choses différentes souvent.
- Créativité : oui et non. J’arrive à faire le liens entre plusieurs choses mais je dirais pas que l’innovation c’est un truc qui ressort chez moi. J’peux être très créative quand j’en ai besoin en fait.
- Enthousiasme : mais grave ! Le stress de la nouveauté je connais pas. Etre une débutante constamment me plaît à fond ! J’ai pas peur d’essayer, de poser des questions, de passer pour la nouvelle. Au contraire ! Je sais que ça dure pas trop longtemps, ce qui fait sûrement que j’m’en lasse aussi vite.
- La mémoire : ouais j’avoue, ma mémoire n’est pas dégueu'. Et même quand je passe à autre chose, j’oublie pas c’que j’ai appris avant et je le réutilise même.
- Rapidité de traitement de l’info : ça revient au "j’apprends vite". C’est vrai que je percute vite, j’arrive à voir autant en globalité que dans le détail, j’arrive à voir au-delà. Trouver des solutions c’est une de mes passions.
- En quête perpétuelle : mais grave ! Ce journal en est la preuve écrite. J’ai horreur du mensonge, pour moi la Vérité c’est le Pilier, l’Intégrité un principe qui en découle.
- Hypersensibilité : pfffffff mais grave… mon empathie extrême m’a fait chialer plus d’une fois pour pas grand chose. Mes sens sont très bons. Peut-être pas sur-développés mais au top comparé à beaucoup d’gens.
- Humour : ce qui est probablement le plus compliqué à exprimer pour moi. Je m’auto-dérise beaucoup mais parfois c’est mal interprété et ça me fait passer pour une connasse. Alors qu’en vrai j’ai beaucoup d’humour et je me moque surtout de moi.
- Défaut : ouais, comme je viens de dire, je passe pas mal pour une connasse, une autoritaire, une madame-je-sais-tout, une grande gueule, une instable, une feignasse… Et oui, ça augmente mon sentiment d’être seule au monde.

C’est ma définition quoi. Surtout qu’en plus, MP, ce sont mes initiales hahahahahaha....!! !

]]>
2018-09-06T16:09:08+02:00
http://sara.journalintime.com/Genuinely Genuinely... J'étais à nouveau plus de 2h au téléphone avec Many ce soir. Il me fait vibrer. Il me fait sourire, rire et fait battre mon coeur. Pas de l'sens "j'suis amoureuse blablabla". Il est si simple, gentil et authentique avec moi. Ca fait du bien putain. Ca fait du bien de pas se sentir un objet de désir, la meuf qu'on veut pécho. Bon, pas qu'je sois une bombe sexuelle, mais mine de rien j'attire. Pas que des Appollon, mais voilà quoi. Et dernièrement j'ai eu quelques avances. Mais lui nan. Il lui arrive de faire des sous-entendus mais ça reste un trait d'humour, il est pas sérieux. J’étais à nouveau plus de 2h au téléphone avec Many ce soir. Il me fait vibrer. Il me fait sourire, rire et fait battre mon coeur. Pas de l’sens "j’suis amoureuse blablabla". Il est si simple, gentil et authentique avec moi. Ca fait du bien putain. Ca fait du bien de pas se sentir un objet de désir, la meuf qu’on veut pécho. Bon, pas qu’je sois une bombe sexuelle, mais mine de rien j’attire. Pas que des Appollon, mais voilà quoi. Et dernièrement j’ai eu quelques avances. Mais lui nan. Il lui arrive de faire des sous-entendus mais ça reste un trait d’humour, il est pas sérieux. N’empêche qu’il porte de l’intérêt pour moi puisqu’il m’appelle régulièrement. Une amitié pure et simple.

De toute façon, par expérience, si je vais plus loin, la personne perd de son intérêt pour moi. C’qui me fait kiffer c’est ça, c’est la phase de séduction. La découverte. Toutes ces petites premières fois. Une fois le mystère levé, en général, je suis lassée.

Ca fait écho à moi la multipotentielle qui aime tout mais se lasse vite. J’ai découvert ça à tout hasard grâce à un apéro organisé via OVS dont la description m’a tout d’suite parlée. Et puis, le hasard fait bien les choses, je me retrouve assise à côté de l’organisateur un soir de LG. Il avait fini d’me convaincre même si Many restait dubitatif. Lui, le zèbre. On y est quand même allé, et même si le doute persistait, même si en fait il y a des trucs qui ne me parlaient pas forcément, j’me suis sentie rassurée. Rassurée d’avoir au moi une réponse, d’être sûre de ne pas être folle et que mon cas est en fait scientifiquement explicable. Aussi, je ne suis pas seule. Maintenant j’ai une explication à donner, je n’ai plus honte d’avoir un CV à rallonge, ni de ne pas être stable. J’aime tout et je ferai tout pour continuer à apprendre et exploiter mes potentiels.

]]>
2018-09-02T22:50:30+02:00
http://sara.journalintime.com/Vendanges Vendanges Clairement ma vie d'aujourd'hui ne ressemble pas beaucoup à ma vie d'il y a encore quelques mois. Moi-même j'ai tellement l'impression d'avoir changé, c'est ouf ! Donc depuis le début du mois d'août je bosse chez Hag. C'est pas trop mal. Au début j'avais un peu d'appréhension quand j'ai vu que la plupart des autres saisonniers étaient des étudiants. Mais finalement l'ambiance est plutôt bonne, surtout avec les Polonais. Et donc aujourd'hui on a commencé les vendanges. Ca devrait durer jusqu'à mardi, et ensuite à voir s'ils ont encore du taf pour moi. Je sais qu'ils m'ont déjà Clairement ma vie d’aujourd’hui ne ressemble pas beaucoup à ma vie d’il y a encore quelques mois. Moi-même j’ai tellement l’impression d’avoir changé, c’est ouf !

Donc depuis le début du mois d’août je bosse chez Hag. C’est pas trop mal. Au début j’avais un peu d’appréhension quand j’ai vu que la plupart des autres saisonniers étaient des étudiants. Mais finalement l’ambiance est plutôt bonne, surtout avec les Polonais. Et donc aujourd’hui on a commencé les vendanges. Ca devrait durer jusqu’à mardi, et ensuite à voir s’ils ont encore du taf pour moi. Je sais qu’ils m’ont déjà "repéré" comme la bosseuse, surtout que j’enchaîne mes deux tafs en c’moment.

J’étais à un apéro de multi-potes mardi soir. Faudra que j’en parle un d’ces quatre mais j’ai surkiffé. Ca m’a élevé une fois de plus à un autre niveau. Décidément cette année…

]]>
2018-08-30T18:45:37+02:00
http://sara.journalintime.com/Summertime Summertime Hier après-midi j'attendais des nouvelles de Many pour notre soirée. J'ai pris les devants et je l'ai appelé. Il avait zappé, j'étais un peu déçue. Du coup il a pas pu trouver de covoiturage. J'me suis donc proposée de le chercher, même si ça m'faisait un détour de fou, à condition qu'il veuille vraiment y aller. On met en place les détails de l'aventure et on raccroche. J'suis donc passée le chercher en ville. On est arrivé au point de RDV exactement au même moment. Puis on est allé au festival. Là-bas on a tout d'suite grugé les 30 balles pour assister au concert de Hier après-midi j’attendais des nouvelles de Many pour notre soirée. J’ai pris les devants et je l’ai appelé. Il avait zappé, j’étais un peu déçue. Du coup il a pas pu trouver de covoiturage. J’me suis donc proposée de le chercher, même si ça m’faisait un détour de fou, à condition qu’il veuille vraiment y aller. On met en place les détails de l’aventure et on raccroche. J’suis donc passée le chercher en ville. On est arrivé au point de RDV exactement au même moment. Puis on est allé au festival. Là-bas on a tout d’suite grugé les 30 balles pour assister au concert de musique cubaine. Many avait emmené de quoi picoler et moi la couverture pour se poser dans l’herbe. Ensuite on a carrément grugé les gens de l’organisation pour s’installer dans les gradins pour le concert de jazz manouche. J’aime pas ne pas payer, je sais le travail que ça implique d’organiser un évènement comme ça, mais Many m’a entraîné sans même me laisser le temps d’y penser, et puis j’avoue que ça m’arrange… On a donc squatté 2 places payantes alors que d’autres gens sont restés debout. Ensuite on a rejoint sa pote qui a également assisté au concert avec sa soeur et on est allé écouté le DJ qui clôturait la soirée. Il se disait un DJ colombien mais franchement c’était pourri à mort, il balançait juste 2-3 phrases en espagnol de temps en temps, des "Colombiaaaaaaaa" et des "Ariba ariba" sur fond de musique colombienne remasterisée, ou en tout cas musique à sonorité Amérique Latine. C’était nul mais Many et moi on en été à quelques verres de rhum pomme et on se chamaillait comme des gamins. On a surtout tenu compagnie à sa pote qui s’est fait lâché par sa soeur pour aller dans la forêt avec son amoureux qu’elle a croisé et qui est marié. Ils sont partis au moins une heure donc on a eu le temps de danser et faire les cons. Une fois sa soeur revenue, la pote de Many nous a remercié d’être resté avec elle et s’est barré. Many et moi avons donc pu enfin checker les hamacs suspendus dans la forêt qu’on avait repéré en arrivant. On a choisi chacun le sien même si lui a tout d’suite sous entendu qu’il y avait de la place pour 2. J’voulais pas être "collante"... Et en fait non, ils étaient ridiculement petits. A tel point qu’au bout d’un certain temps, alors que j’voulais me couvrir, j’me suis quasi cassé la gueule. Many s’est foutu d’ma gueule, du coup j’suis allée le rejoindre avec une mine dépitée genre "bouuuuh mon hamac me rejette !". J’me suis posée avec lui, sur lui en fait, ma tête sur son torse nu (il voulait laisser son corps respirer). Et là c’était magique. Il m’a enlacé et on est resté comme ça un bon bout d’temps. Que c’était bon putain ! En fait j’me rends compte que j’ai aussi besoin de ça, de contact, de m’faire enlacer. Je sais que la proximité parfois ça m’saoule mais là j’étais vraiment bien. Et c’était naturel, sans ambiguïté, sans me dire "merde il va croire que j’le chauffe". Comme deux potes.

Et puis on est parti, il était 3h, on était les derniers.

Sur le chemin du retour, je mourrais d’envie de lui demander si j’pouvais squatter son canap' pour le reste de la nuit. Mais lui ne l’a pas proposé et j’voulais pas m’imposer davantage. J’ai donc laissé tomber et c’est pour le mieux. Je l’ai déposé là où je l’ai cherché. On a encore discuter dans la voiture. Il a même posé sa tête sur mes genoux à un moment. Et puis j’lui ai dit que j’étais vraiment claquée et que j’avais encore un peu de route. Il m’a fait un gros câlin et a attendu que le feu passe au vert pour fermer la portière et me laisser partir. Avant d’partir il m’a aussi proposé de faire une soirée posés devant un film, sous-entendu chez lui donc, je suppose…

Ca m’fait du bien ce genre de soirée, ce genre de rencontre, ce genre de moments. J’étais plus très sûre que ça soit encore possible.

]]>
2018-08-19T12:20:31+02:00
http://sara.journalintime.com/Mes-desirs-sont-des-realites Mes désirs sont des réalités La vie c'est dingue, la vie c'est fou. Je crois que j'ai jamais été aussi heureuse depuis que je suis rentrée de voyage. J'adore être chez moi, dans mon p'tit appart. J'adore travailler peu et m'épanouir plus. J'adore rencontrer des nouvelles têtes. J'adore qu'Al a accepté de m'aider à retaper ma Saxo. J'ai toujours voulu apprendre la mécanique automobile, voilà qui va être fait. J'adore voir Sat évoluer. J'adore me voir évoluer. Cette année est vraiment spéciale pour moi. Je suis en plein boom intérieur. J'ai rencontré Many il y a peu à une soirée jeux de société. Je La vie c’est dingue, la vie c’est fou. Je crois que j’ai jamais été aussi heureuse depuis que je suis rentrée de voyage. J’adore être chez moi, dans mon p’tit appart. J’adore travailler peu et m’épanouir plus. J’adore rencontrer des nouvelles têtes. J’adore qu’Al a accepté de m’aider à retaper ma Saxo. J’ai toujours voulu apprendre la mécanique automobile, voilà qui va être fait. J’adore voir Sat évoluer. J’adore me voir évoluer. Cette année est vraiment spéciale pour moi. Je suis en plein boom intérieur.

J’ai rencontré Many il y a peu à une soirée jeux de société. Je l’ai revu plusieurs fois à d’autres soirées et on a même organisé un LG ensemble. Tu peux rien lui cacher à Many, il a comme un troisième oeil. Il me fait du bien. Rien est ambiguë avec lui, c’est juste naturel. L’autre jour il m’a appelé et on est resté 5h au téléphone. 5h ! ! On a discuté de pleins de choses, j’ai adoré. On est censé se voir ce soir. A suivre.

]]>
2018-08-18T09:22:43+02:00
http://sara.journalintime.com/Rouget-de-l-Isle Rouget de l'Isle Je suis en ville, assise au bord de l'eau. Je viens de manger un poulet vindaloo accompagné d'un garlic naan. Ano est venu cet après-midi. Il a récupéré le frigo, le matelas et le reste. Il a signé les papiers et je lui ai rendu sa caution. Et puis je l'ai confronté quant à son histoire d'hôpital. Il maintient. Il dit que son père est au courant mais pas sa mère, qu'il a juste bossé 2 jours la semaine dernière. Et puis j'lui ai tout balancé c'que j'avais sur le coeur, qu'il m'avait blessé, qu'il pouvait être content de lui, que sa vengeance est réussie. Il me demande si je Je suis en ville, assise au bord de l’eau. Je viens de manger un poulet vindaloo accompagné d’un garlic naan.

Ano est venu cet après-midi. Il a récupéré le frigo, le matelas et le reste. Il a signé les papiers et je lui ai rendu sa caution. Et puis je l’ai confronté quant à son histoire d’hôpital. Il maintient. Il dit que son père est au courant mais pas sa mère, qu’il a juste bossé 2 jours la semaine dernière. Et puis j’lui ai tout balancé c’que j’avais sur le coeur, qu’il m’avait blessé, qu’il pouvait être content de lui, que sa vengeance est réussie. Il me demande si je crois vraiment qu’il a fait ça pour me faire du mal. Je lui réponds que j’vois pas c’que j’peux croire d’autre, que j’pense même qu’il m’a raconté des bobards depuis le début, que j’ai du mal a gardé un bon souvenir de cette relation. Comme d’hab’il est d’accord, il dit que j’ai raison. Et puis on parle de sa nouvelle copine, la fille avec qui il m’a trompé. Il nie. Il dit que c’est pas elle. Pourtant elles ont les mêmes prénoms… Je lui ai dit que c’était pas grave, qu’il fallait que sa finisse comneon ça même si c’est le dernier truc que j’imaginais. Je lui ai dit que c’était un mal pour un bien. Il a rien dit de plus. Il a coupé court et s’est barré.

Voilà. C’est fini.

J’suis rentrée et j’ai cash appelé Alex qui a encore essayé d’me convaincre qu’il est un mythomane. Je sais pas pourquoi je doute encore. Je crois que ma nature me pousse à vouloir encore que ça finisse bien. J’avais pas envie de cette fin et je fais encore tout pour ne pas l’avoir. Mais c’est bel et bien fini, et pas dans les meilleures conditions, mes meilleures conditions…

J’suis un peu triste j’avoue. Mais demain ça ira mieux.

]]>
2018-08-07T19:46:00+02:00
http://sara.journalintime.com/Mytho Mytho Ca me saoule de revenir écrire pour ça, mais bon, je suis quand même là. Hier soir dîner chez ma sœur avec Alex et sa nouvelle copine. A peine j'arrive, même pas l'temps d'me servir un verre, Alex me demande 2 fois si ça va. La deuxième fois j'lui réponds que oui, j'vais bien mieux, vu que la dernière fois qu'il m'a vu j'étais en larmes. Du coup il enchaîne : - Ah t'as vu sa nouvelle meuf alors ? - Quoi ? - Sur FB, il arrête pas d'la taguer ? - J'suis plus amie avec lui sur FB. C'est qui cette nouvelle meuf alors, c'est celle avec qui il m'a trompé ? - J'sais pas, j'me Ca me saoule de revenir écrire pour ça, mais bon, je suis quand même là.

Hier soir dîner chez ma sœur avec Alex et sa nouvelle copine. A peine j’arrive, même pas l’temps d’me servir un verre, Alex me demande 2 fois si ça va. La deuxième fois j’lui réponds que oui, j’vais bien mieux, vu que la dernière fois qu’il m’a vu j’étais en larmes. Du coup il enchaîne :

- Ah t’as vu sa nouvelle meuf alors ?
- Quoi ?
- Sur FB, il arrête pas d’la taguer ?
- J’suis plus amie avec lui sur FB. C’est qui cette nouvelle meuf alors, c’est celle avec qui il m’a trompé ?
- J’sais pas, j’me souviens plus d’son prénom. Dis-le moi pur voir si ça m’revient.
- F....
- Ouais, c’est elle !

Okay. Donc première pilule à avaler. Ensuite on enchaîne sur ses affaires qui traînent encore chez moi et le fait qu’il était à l’hosto la semaine dernière. Là Alex me dit cash que c’est un mytho. Il le sentait. Du coup il me monte la tête genre : vas-y envoie un texto à sa mère pour en avoir le coeur net. J’l’ai fait. Le texto est resté sans réponse de la soirée. Alex me dit que ça confirme sa théorie. La réponse ne s’est pas faite tarder. A 2h du mat' Ano m’envoie un message pour dire qu’il pouvait passer lundi chercher ses affaires. Là j’me dit qu’effectivement ça a dû déclencher, il est en mauvaise posture et comprend que j’rigole pas donc il accélère les choses du coup pour en finir. Dix minutes après il me le confirme lui-même avec un texto du genre : "au fait si tu veux des nouvelles écris-moi mais pas à ma mère, elle était pas au courant.". Je fais suivre à Alex qui me répond c’matin que là c’est sur c’est une réponse de mytho. En parallèle il mène également sa petite enquête qui confirme qu’il a bossé la semaine dernière. Du coup pour étayer tout ça et pour pouvoir le confronter lundi, j’vais essayer d’avoir Frankie au bout du fil aujourd’hui.

Mon ex ce mytho. Alex dit que tu connais jamais vraiment les gens avant d’se séparer d’eux. Dans mon cas c’est exactement ça. Je tombe un peu des nus. J’comprends pas pourquoi il me ment encore. Pour que j’ai d’la peine pour lui ? Pour se dédouaner ? Pour qu’il passe moins pour la totale ordure qu’il est ? C’est pitoyable en fait. Alex était désolé hier soir et encore c’matin. Mais franchement moi j’suis pas désolée. J’suis contente de plus vivre avec une personne comme lui. J’suis contente qu’il soit sorti (ou presque) de ma vie. Et j’ai juste hâte d’être lundi.

]]>
2018-08-04T11:21:43+02:00
http://sara.journalintime.com/Come-what-may Come what may Ce matin ça m'a pris. Ca fait des jours que j'traîne ça au fond d'ma tête. Je retardais le moment j'avoue. Mais c'matin j'l'ai fait. J'ai texté Ano que j'lui laissais une semaine pour venir chercher le reste de ses affaires, qu'après ça je serais obligée de m'en débarrasser moi-même, que j'voulais en finir. Il me réponds que ça fait 5 jours qu'il est à l'hôpital mais qu'il enverra quelqu'un, qu'il était désolé de faire traîner ça. Du coup on a un peu échangé. C'est toujours les mêmes problèmes mais cette fois-ci c'est pire que d'habitude. Il dit qu'ils envisagent la Ce matin ça m’a pris. Ca fait des jours que j’traîne ça au fond d’ma tête. Je retardais le moment j’avoue. Mais c’matin j’l’ai fait. J’ai texté Ano que j’lui laissais une semaine pour venir chercher le reste de ses affaires, qu’après ça je serais obligée de m’en débarrasser moi-même, que j’voulais en finir. Il me réponds que ça fait 5 jours qu’il est à l’hôpital mais qu’il enverra quelqu’un, qu’il était désolé de faire traîner ça. Du coup on a un peu échangé. C’est toujours les mêmes problèmes mais cette fois-ci c’est pire que d’habitude. Il dit qu’ils envisagent la greffe. Il dit aussi que c’est dur, que parfois il a envie d’en finir, mais que globalement il s’accroche.

J’ai pas pu m’empêcher de penser au karma. Putain j’suis horrible…

J’lui ai demandé si ça ferait trop bizarre si j’passais lui rendre visite, aussi parc’que j’ai de la paperasse à lui faire signer et sa moitié de la caution à lui rendre. Il m’a répondu que si, ça ferait trop bizarre. J’ai pas répondu de suite du coup il m’a texté un truc genre "oh et puis après tout, passe mercredi si tu veux". J’ai répondu que non, que c’était pas grave, que j’voulais pas m’imposer, que ça urgeait pas même si Anny me tanne pour que j’en finisse rapidement. Est-c’que j’suis maso à c’point ?

En fait c’qui m’a poussé à demander ça c’est que quelques messages avant ça il m’écrit qu’il avait souvent pensé me demander comment j’allais mais sans jamais oser. J’ai répondu que j’allais bien, voire très bien. J’me demande s’il regrette, s’il pense à tout ça et s’il aurait aussi voulu que ça se finisse autrement. Pffff.... j’me fait des films j’crois. N’empêche que j’aurais vraiment aimé le voir, discuter calmement entre adultes. Putain j"ai partagé ma vie avec lui durant un an, j’arrive pas à croire qu’on en soit là à se faire des courbettes… J’peux toujours passer à l’improviste mais j’veux pas lui faire ça. Au pire je file les papiers à ses parents…

Jo revient demain.

]]>
2018-07-23T15:37:33+02:00
http://sara.journalintime.com/De-la-douleur De la douleur Il est normal d'avoir mal. La douleur rend vivant je trouve. Putain, quand tu te retrouves dans une situation vraiment merdique, que tu te sens au fond du fond, que tu vois plus la lumière, ça fait du bien d'se dire "okay, je crève de douleur, mais j'suis vivant". Je sais pas d'où j'arrive à sortir toute cette positivité. C'est Jo qui me la fait remarquer. Et puis hier j'ai croisé Clément et quand il en est venu à "et toi comment ça va ?", ben j'ai réussi à sortir, mot pour mot, que j'en ai chié de ma rupture mais que c'était vraiment un mal pour un bien. Au final je me dis que Il est normal d’avoir mal. La douleur rend vivant je trouve. Putain, quand tu te retrouves dans une situation vraiment merdique, que tu te sens au fond du fond, que tu vois plus la lumière, ça fait du bien d’se dire "okay, je crève de douleur, mais j’suis vivant".

Je sais pas d’où j’arrive à sortir toute cette positivité. C’est Jo qui me la fait remarquer. Et puis hier j’ai croisé Clément et quand il en est venu à "et toi comment ça va ?", ben j’ai réussi à sortir, mot pour mot, que j’en ai chié de ma rupture mais que c’était vraiment un mal pour un bien. Au final je me dis que j’suis pas la première ni la dernière à qui ça arrive, que j’suis même une de plus sur le tableau, que c’est un épisode de ma vie et puis voilà. J’ai presque du mal à croire à quel point je m’en sors aussi bien. La douleur m’aide. Pourquoi ? Parc’que je sais à quel point c’est facile d’se laisser absorber par elle, d’se laisse complètement aller à ce qu’elle implique. La douleur empêche de penser, de bouger, de faire. Elle te force à te concentrer sur elle. Elle devient ta Vie. Je n’ai pensé qu’à ça durant des jours, j’ai pas eu envie de sortir, de manger, de parler à d’autres, de faire quoique ce soit. Et pourtant… et pourtant j’me suis occupée des enfants le matin-même, j’suis allée bosser le soir-même, j’ai continué ma vie, j’ai combattu la douleur. Et c’est dur d’se battre contre soi-même quand notre cœur nous dicte l’inverse. Vivre c’est se battre. Les déprimés sont ceux qui ont arrêté d’se battre, qui ont choisi la facilité d’se laisser aller et de ne rien faire. Vivre c’est accepter et aller de l’avant. Trouver la solution qui nous convient le mieux à ce moment-là. Faire des choix difficiles. Oser le changement. Ne pas choisir la facilité.

En décembre 2013 à Melbourne j’me suis fait tatouée mes initiales sur mon avant-bras droit. Pourquoi ? Parc’qu’à ce moment-là j’étais là où j’en étais grâce à moi, j’étais là où j’voulais être, j’me suis mise toute seule dans une situation dont je rêvais. Bien sûr d’autres ont joué un rôle dans le chemin de ma vie, c’est indéniable, mais j’ai fait mes choix, j’ai agis en conséquence et j’me suis retrouvée exactement où je voulais. J’me suis faite confiance, j’me suis écoutée. Personne ne me dit aujourd’hui tout c’que j’dois faire, tout c’que j’ai du faire pour, un mois après, voir cette rupture comme un mal pour un bien, un épisode du passé. C’est moi et moi seule qui me sort de la merde une fois de plus. Je suis le Maître de mon Destin, je suis le Capitaine de mon Ame.

]]>
2018-07-22T14:52:24+02:00
http://sara.journalintime.com/I-don-t-feel-at-home-in-this-world-anymore I don't feel at home in this world anymore Il y a une alchimie, une certaine alchimie, peut-être due à l'instant, un instant t où les planètes sont alignées d'une certaine façon, où l'on se trouve dans un certain état, mental et physique, où quelques choses comme la chance et le karma sont particulièrement actifs et positifs, tout ça fait que cette alchimie opère et l'on rencontre quelqu'un qui chamboule tout, un inconnu qu'on sent connaître depuis toujours, qui passe et laisse comme une marque indélébile. Jo est arrivé dimanche soir et est reparti ce matin et tout d'un coup tout a changé. J'me sens heureuse, Il y a une alchimie, une certaine alchimie, peut-être due à l’instant, un instant t où les planètes sont alignées d’une certaine façon, où l’on se trouve dans un certain état, mental et physique, où quelques choses comme la chance et le karma sont particulièrement actifs et positifs, tout ça fait que cette alchimie opère et l’on rencontre quelqu’un qui chamboule tout, un inconnu qu’on sent connaître depuis toujours, qui passe et laisse comme une marque indélébile. Jo est arrivé dimanche soir et est reparti ce matin et tout d’un coup tout a changé. J’me sens heureuse, profondément. J’me sens vivante. J’me sens tout d’un coup comme la Sara de 23 ans qui voyage à travers le monde, qui se sent presque invincible. Ce mois de juin me paraît tellement loin que je peine presque à ressentir de la tristesse en y repensant. Il faut dire qu’en parler avec lui m’a fait un bien fou. Parler tout court avec lui m’a fait un bien fou. Partager des trucs simples, se sentir appréciée, se sentir comprise, le comprendre, partager ses peines, ses doutes mais aussi ses plaisirs du voyage m’ont transportées. Il m’a remercié pour mon hospitalité, je le remercie d’être, d’avoir été là. Je suis seule chez moi ce soir mais j’ai l’impression de revenir de 4 jours de vacances, quand bien même j’ai dû aller bosser lundi soir. Revigorée, légère, heureuse et prête à affronter demain (et Demain) je me sens. Merci la Vie quoi.

Toute cette positivité m’a même offert une belle surprise ce soir : en arrivant au boulot avec ma voiture qui fait un bruit de bolide assourdissant depuis hier, le garagiste d’à-côté vient boire une bière. Là il me parle de sa Saxo qu’il veut bazarder et me demande si j’ai besoin de pièces. J’lui réponds que justement peut-être bien que oui vu le boucan qu’elle fait. Là il me dit cash de me filer mes clés pour qu’il jette un œil. Il la démarre et part avec. J’le revois plus pendant 20 minutes. J’me mets à paniquer, j’me dis qu’il a dû tomber en panne avec et qu’en fait ma voiture est morte. Je sors jeter un œil, j’le vois sortir en marche arrière de son garage avec ma voiture qui émet un bruit normal. Il vient me rendre les clés et me dire qu’il a direct regardé en-dessous et qu’il a vu que c’était mon tube d’échappement qui se barrait, du coup il a mis un p’tit coup de soudure et voilà. Et j’te dois combien ? Rien, mais je viens boire encore une bière. Hallelujah. Merci.

Encore une fois, le Hasard, t’es grillé, parc’que là les probabilités étaient très minces…

]]>
2018-07-19T22:50:52+02:00
http://sara.journalintime.com/First-one First one J'accueille mon premier surfer chez moi ce soir. Enfin ! C'est un peu étrange de savoir qu'on est deux dans mon appart' ce soir, mais c'est plaisant de parler à quelqu'un, surtout quand on partage une philosophie de vie. Il est Français mais parcourt l'Europe à pied. Un nomade quoi. Un autre que la société n'aura pas su formater. J'adore. Du coup j'l'ai emmené voir la finale de la Coupe en ville. Pas le meilleur jour pour visiter la ville mais on s'est bien marré. Ce soir j'suis contente. J’accueille mon premier surfer chez moi ce soir. Enfin ! C’est un peu étrange de savoir qu’on est deux dans mon appart' ce soir, mais c’est plaisant de parler à quelqu’un, surtout quand on partage une philosophie de vie. Il est Français mais parcourt l’Europe à pied. Un nomade quoi. Un autre que la société n’aura pas su formater. J’adore. Du coup j’l’ai emmené voir la finale de la Coupe en ville. Pas le meilleur jour pour visiter la ville mais on s’est bien marré. Ce soir j’suis contente.

]]>
2018-07-16T00:11:59+02:00
http://sara.journalintime.com/Le-mal-pour-le-bien Le mal pour le bien Je suis carrément en pleine transformation. Je crois que cette rupture me fait un bien fou. Je mange moins et mieux. Je gère mon budget 10 fois mieux, surtout je dépense moins en bouffe. Je me suis mise au No Poo et mes cheveux n'ont jamais été aussi magnifiques. Mes boutures poussent. Avec Sat on fait de beaux progrès. Je rencontre de nouvelles personnes. Je prends la vie comme elle vient, sans pression. J'ai aussi une idée plus claire de c'que j'voudrais faire à moyen terme professionnellement, y a plus qu'à. Bon bien sûr il y a aussi les cotés plus merdiques de la vie, comme Je suis carrément en pleine transformation. Je crois que cette rupture me fait un bien fou. Je mange moins et mieux. Je gère mon budget 10 fois mieux, surtout je dépense moins en bouffe. Je me suis mise au No Poo et mes cheveux n’ont jamais été aussi magnifiques. Mes boutures poussent. Avec Sat on fait de beaux progrès. Je rencontre de nouvelles personnes. Je prends la vie comme elle vient, sans pression. J’ai aussi une idée plus claire de c’que j’voudrais faire à moyen terme professionnellement, y a plus qu’à.

Bon bien sûr il y a aussi les cotés plus merdiques de la vie, comme mon vieux PC qui visiblement ne charge plus sur secteur. Donc j’vais peut-être avoir Internet lundi mais j’ai plus de PC quoi…

]]>
2018-07-11T17:27:41+02:00