People Always Leave

← Retour au journal

octobre 2015

Jogja.

Aujourd'hui, alors là, j'ai pas compris. Ca avait pourtant bien commencé... J'suis sortie en ville c'matin pour vérifier les horaires de train, acheter des nouveaux écouteurs et visiter un peu. Sur le chemin du retour, alors que j'm'étais paumée dans ce dédale de ruelles, un gars m'accoste : - Are you couchsurfing ? - Why are you asking that ? - You look like a traveller. Are you couchsurfing ? - Well not now but yes I do. - We're having a Couchsurfing meeting tonight. Do you wanna join ? - Yeah sure ! C'est donc ainsi que j'me suis retrouvée parmi tous ces gens super cool à (...)

Solo.

Aujourd'hui j'suis à Solo, ou Surakarta. Sin est mon hôte. Il est v'nu me chercher à l'arrêt de bus la nuit dernière à 1h. Ca m'a fait chier, surtout qu'il est parti bosser à 5h c'matin, mais ensuite il m'a dit qu'il est insomniaque de toute façon. Donc bon. Il vit dans un 9m². Deux mattelas à même le sol, deux tables de chevet, une petite armoire et une salle de bain séparée compose son "appartement". Concrètement j'm'en fous. On peut pas juger sur l'hospitalité. L'Indonésie c'est pas vraiment un pays facile à visiter. Bali ça allait encore. Des Blancs partout, quasiment (...)

Probolinggo.

Aujourd'hui je suis à Surabaya. J'ai fait du stop depuis Probolinggo. Ca a été mais c'est un peu chaotique. Ici ils parlent pas vraiment anglais. Ils baragouinent mais c'est très limité. Par contre ils cherchent vraiment à m'aider ce qui est positif. J'ai un hôte pour ce soir à Surakarta. J'suis à la gare mais le train est déjà complet. Du coup j'dois prendre un autre train jusqu'à un dépôt de bus. La galère. J'dois parler de Bali. Bali c'était...insane ! C'était fou. C'était incroyable. Dans le sens littéral. Avec Cait on avait un masterplan qui est tombé à l'eau à (...)

Bali.

Aujourd'hui j'suis toujours à Bali. Mon attente de dimanche s'est prolongée jusqu'à lundi matin puisque le vol de Cait n'arrivait qu'au matin et en plus avait du retard. Mais c'était bon d'la revoir. Direct on s'est mis à la recherche d'un moyen PAS CHER de rejoindre notre auberge qu'on ne savait pas vraiment où elle était. Ca nous a pris la journée. C'matin on a assisté à un cours de yoga. Une première pour moi. C'était bien. J'me suis découvert des muscles. Et puis on s'est marré parc'qu'avec ma souplesse légendaire j'avais légèrement du mal à coller mon visage à mes (...)

L'attente.

Aujourd'hui fut une journée d'attente. J'ai jamais parlé de ça je crois mais voyager c'est attendre. Attendre le bus, l'avion, que quelqu'un s'arrête, un coup d'fil, un horaire... Beaucoup d'attente. Des heures. Des jours. J'suis à Casuarina Bus Interchange. J'attends le 3 qui va m'emmener à l'aéroport. Il passe dans 1h40... Dans le bus 4 qui m'a emmené ici était un Aborigène endormi. Surement bourré parc'qu'il somnolait en fait, secoué par le bus. Et puis un coup d'volant et il s'affale dans l'allée centrale où il continue sa sieste. Personne ne bouge. J'me dis que pour le (...)

Un autre rêve.

Aujourd'hui en direct de mon phone. Ca f'sait longtemps. J'ai encore fait un rêve flippant la nuit dernière. Je sais plus comment ça a commencé ou même terminé. J'me souviens que j'étais dans mon périple retour et que j'm'étais faite piquer ma pochette d'argent. Heureusement j'en avais une autre mais les billets étaient des billets temporaires imprimés au passage à l'euro, des billets de conversion. Genre un billet de 27€, un de 51€, un autre de 200€. J'sais pas comment expliquer, c'était bizarre mais je savais. Je savais aussi qu'ils n'étaient plus valables puisque (...)

Dream no small dream.

Aujourd'hui j'ai fait un drôle de rêve. Ca a commencé quand j'étais dans la salle de bain à la Maison. Je dicutais avec quelqu'un et la porte était légèrement entrouverte. De l'autre côté du pallier est ma chambre où la porte était entrouverte aussi avec quelqu'un dans le passage, de dos, qui discutait avec quelqu'un dans ma chambre que je ne pouvais voir. Jusqu'à ce que cette personne apparait, au -dessus de l'épaule de la personne de dos, sur la pointe des pieds. C'était Hélène. De fureur, j'avale les mètres qui nous séparent et entre en trombe dans ma chambre en (...)

Darwin bis.

Aujourd'hui c'est mon quatrième jour de recherche active à Darwin et j'dois dire que mes chances sont minces. La saison des cyclones commencent bientôt, tous les bateaux privés sont déjà partis. Pour les gros bateaux c'est compliqué et je n'ai que très peu de temps, donc je pense que c'est mort. J'vais devoir prendre l'avion jusque Bali. C'pas grave, ça ira aussi. Donc j'ai quitté mon Paradis vendredi dernier. J'ai déjà l'impression qu'ça fait des s'maines. Menuka avait les larmes aux yeux et moi j'me suis faite violence pour n'pas craquer. Le soir précédent on a fait bubbles (...)

Roosters.

Aujourd'hui j'ai tué 4 poulets. On en avait trop dans le poulailler. Ils se battent en permanence et ne fécondent plus les oeufs. C'était étrange. Quand on en parlait avec Menuka c'était excitant. Mais devant le fait, quand Menuka a attrapé le premier, lui a attaché les pattes et me l'a donnée, moi, ma hache dans une main et le poulet dans l'autre, j'me sentais pas fière. Au final ça s'est plutôt bien passé. Ils sont passés sous la hache et puis on les a plumés et puis vidés et découpés. Ils sont en train de bouillir à l'heure où j'écris. J'dois admettre qu'le vidage c'est (...)