People Always Leave

← Retour au journal

juin 2012

La morale.

Parfois j'me dis que j'aurais mieux fait d'le dire à personne. Tout l'monde se sent obligé d'me donner des conseils, d'me faire la morale, d'se mettre à ma place. Mais personne ne sait rien. Le pire de tous je crois, ça a été Thomas. Aujourd'hui, Monsieur m'a quand même fait remarqué qu'il fallait aussi qu'je pense au retour, quand je reviendrai dans la "vie réelle". Que j'me pose, avec un taff, blablabla. Ca m'a vraiment gavé en fait. Qui il est pour m'dire ça, lui qui n'sait absolument rien de tout ça. Genre c'est mon daron, il a même pas 30 ans l'type. Et puis tous les autres. (...)

Bibi.

Plus que marre de tout là. Au taff j'suis une merde et en plus Thomas est de retour. Après plus de 3 mois d'arrêt maladie, j'm'étais vraiment bien faite à son absence. Et là ça va plus. J'perds mes moyens, j'peux pas m'empêcher de sourire bêtement, j'suis en mode cruche quoi. Et ça m'saoule. En plus du coup il a appris que j'partais. Il m'a d'mandé pourquoi j'lui ai rien dis plus tôt, genre j'ai des comptes à lui rendre. Bref. Et puis à la maison ça d'vient relou. J'ai hâte de vivre ma vie toute seule, comme une grande. Ouais, comme une grande. (...)

A la bougie.

C'est à n'y rien comprendre. Il dit qu'il veut prendre du recul, qu'on est pas assez motivé pour lui, qu'il veut s'occuper de son petit-fils, que le 23 juin il peut le faire avec ou sans nous, bla bla bla. Ok. Donc nous on décide de continuer quand même mais qu'on change de nom, qu'on se "détache" du sien en fait. Et là, il m'annonce qu'il veut faire la première partie d'un groupe le 30 novembre avec nous et le p'tit orchestre. Et qu'en même temps on "fêtera" mon départ, histoire de marquer le coup quoi. Sauf que moi le 30 novembre j'avais prévu de ne plus être là depuis quelques (...)

PROMETHEUS

Aujourd'hui j'ai croisé le chef de la Peinture avec qui j'ai déjà eu l'occasion de travailler. Il me salue gaiement et me dit : "Alors ? J'ai entendu que tu partais. Où vas-tu exactement ?". Les nouvelles vont vite. Je lui raconte mon projet en deux phrases et il me répond que j'ai raison, qu'il faut le faire tout d'suite parc'que plus tard, c'est trop tard. Il me félicite et me demande direct si j'ai quand même déjà négocié mon retour. Euh à vrai dire non. Ah bon ? Mais tu devrais. Parles-en à ton chef comme ça t'es déjà fixé. Ouais, mais l'truc c'est que j'prends un aller (...)

I could've been a princess, you'd be a king.

Aujourd'hui j'ai discuté avec un collègue en attendant qu'un autre finisse d'expliquer un truc à un troisième. Comme c'est un collègue que j'aime bien, même si j'le trouve un peu faux-cul, surement parc'que je n'le connais pas assez, je lui ai dis que j'partais de la boîte pour voyager un peu. Il m'en a demandé plus donc je lui ai parlé de mes projets. Il avait l'air impressionné et m'a répété plusieurs fois que j'étais vraiment très courageuse de "tout plaquer et partir à l'aventure toute seule". Il n'est pas le premier à me dire ça. Je n'trouve vraiment pas que c'est une (...)

Hair cup.

Vendredi soir, soirée BTS. On a été au resto et puis on est allé boire un dernier verre. C'est là que Sylvestre devait nous rejoindre. Thomess a dit qu'il devait nous tenir au courant mais qu'apparemment d'après le mail qu'il lui avait envoyé, il était pas chaud. Thomess dit qu'il faudrait l'appeler mais que lui n'osait pas. Parc'que Sylvestre n'a pas de portable, faut l'appeler sur son fixe. Moi j'me dégonfle pas et dit à Thomess que j'le fais. J'tape le numéro, ça sonne, et là Thomess il m'dit : "et si tu tombes sur sa meuf ?". Oh ! J'avais pas pensé à ça. Tant pis. (...)