People Always Leave

← Retour au journal

décembre 2011

Y minus one.

Le compte à rebours a commencé. (...)

Singapore Airways.

Dans un an, UN AN, trois-cent-soixante-six jours, mes amis, je suis à Singapour. Escale. La seule. (...)

J'attends que ça morde.

Aujourd'hui, Thomas a eu une érection au taff. C'était trop marrant. A défaut d'le taper, j'lui ai caressé la tête. D'un coup il s'est levé et éloigné. Moi j'ai continué à suivre les instructions de mon collègue. Et puis au moment où j'partais j'entends qu'on m'appelle. J'me retourne et vois ce clampin rouge comme une pivoine mais amusé comme un gosse. Il me fait signe de m'approcher. Eh Sara, j'ai une érection. Quoi ?! Mais ouiiii ! Comme tu m'as caressé les ch'veux avant, woup ! Pfffffrrrrrrmouahahaha ! Trop bon ! Mais non ! J'peux plus aller vers les collègues (...)

Tige de huit.

Hier soir, soirée BTS. Robess et THK ne sont pas v'nus mais peu importe, c'était vraiment sympa. On a mangé dans une brasserie et puis la surprise de la soirée a débarqué. Sylvestre. Il a bu un coup avec nous, on a payé et puis on est allé en ville. Mais seulement Lemat, Lermu, Thomess, Sylvestre et moi. Sylvestre carbure au demi. 25 ? Il connaît pas. Au bar on a reparlé de la soirée chez Robess. Il a avoué qu'c'était suite au mélange d'alcools forts qu'il a faiblit. Il se souvenait cependant de certaines choses. Je sais pas jusqu'où il se souvient, mais il se souvient. (...)

Il n’y a d’homme plus complet que celui qui a beaucoup voyagé, qui a changé vingt fois la forme de sa pensée et de sa vie.

Saraaaaaa ! Thomaaaaaas ! Eh Sara ! Samedi j'étais en boîte ! Ah ouais ? Et alors ? T'as pécho ? Graaaaaave ! Sérieux ? Euh... t'as vu ma gueule ? Comment veux-tu que j'pécho avec ça. Il était sérieux. Etrange. J'avais toujours l'impression que c'était un tombeur, un charmeur. En fait j'suis p't-êt' la seule qui le trouve à mon goût. Nan, honnêtement j'pense pas. Mais comment lui résister ? J'ai entamé mon exil psychologique. Je m'enferme sur moi-même. Je hais ma famille et leur fait bien comprendre. C'est plus fort que moi. C'est p't-êt' juste une mauvaise (...)

Poupée.

Avec l'amour t'as pris la poudre d'escampette, t'as désiré le coup d'foudre, t'as dis bonjour à la tempête, Poupée, t'étais cette fille au pays des merveilles, tu lui ouvert ton coeur plutôt que de t'ouvrir les veines, je sais, t'as vu en lui ce que seule toi pouvait comprendre, t'étais petite, il était grand, il était tendre, je sais, et puis pourquoi se justifier, l'amour ne s'explique pas, ni même le sang que l'on retrouv'ra chez toi, Poupée, t'as débarquée seule sur un quai d'gare, tu venais d'ici, de là-bas et t'allais nulle part, Poupée, t'avais de grands yeux bleus mais (...)