People Always Leave

← Retour au journal

octobre 2010

On a perdu l'avantage.

Le concours est passé. J'sais pas trop si j'suis troisième ou quatrième, sur huit, en tout cas j'ai été contente de moi en descendant d'la scène, j'ai réussi un joué au moins un peu avec mon coeur, j'me suis laissée aller. M'enfin ça n'a pas totalement suffit, le stress était quand même plus que présent et il m'a fait faire n'imp'. Bref. En duo on s'est fait grugé. Tant pis. J'suis fatiguée mais je tarde à dormir. C'est plus fort que moi. L'autre jour, Dep' m'a envoyé un texto, comme quoi le lycée ça l'manquait, nos délires et tout ça. Ca m'avait bien remonté le moral. (...)

Trop de communication tue la communication.

FB c'est tellement d'la merde que tu peux pas supprimer ton compte, tu peux juste le désactiver, mais alors les gens peuvent toujours t'envoyer des trucs de merde ou te marquer sur une photo. J'l'ai quand même fait, et puis j'me suis reconnectée juste après, et boum ! Mon compte n'a pas bougé d'un picomètre. Quelle daube ! J'en ai marre d'ce truc. Ca tue tout j'trouve. Y'a plus d'mystère. Tout l'monde est au courant de tout. J'aime plus ça. J'vais essayer d'me désintoxiquer petit à petit. Pas qu'j'sois accroc, mais une p'tite visite chaque jour pour finir par vaquer de profil en (...)

Hasard je t'aime pas.

Destin je te hais. D'habitude, j'le croise à peine, et hier cash à 7h30 il me rattrape (à la bourre), me fait un grand sourire en me d'mandant si j'vais bien. Coup d'vent certes. Quelques heures plus tard, en sortant, j'le vois au loin dans son Fen. Même pas l'temps d'me dire qu'il va pas m'voir qu'il me klaxonne avec un grand sourire. J'ai bifurqué, en l'ignorant. Pas beau tout ça. Mais le pire ça a été à midi ou très rarement il me voit sortir d'la cantine. Et là forcément, une fraction de sconde je pose mes yeux sur lui et il me regarde. J'avais une pelle sur moi j'aurais pu (...)

Hache êsse.

J'n'ai rien d'extraordinaire à dire. J'me sens juste un peu...incomprise. Je crois que je passe pour beaucoup comme une gamine, une immature, une inconsciente, une débile. Oh, bien sûr, je suis un peu de tout ça. Et parfois ça m'amuse d'accentuer mon côté-ci. Mais je n'ai à me justifer devant personne. Ni à Sylvestre, ni à Robin, ni à mes parents, ni à ma frangine, encore moins à des inconnus virtuels de passage. Je ferais mes preuves. J'y arriverai. Et si on ne m'accepte quand même pas, j'm'en tape. Tout à l'heure j'vais chez Jul'. C'matin Coco m'a invité à leur soirée (...)

Emétophobie.

Hier soir j'ai vomi. Ca f'sait au moins 5 ans qu'ça m'était pas arrivé. Vu ma phobie de ça, un peu normal. Mais finalement, ça a été. C'est toujours désagréable certes, mais ça m'a fait du bien. J'pensais alors qu'c'était le sandwich chaud au poulet et à la moutarde du midi qui n'était pas passé. Mais c'matin quand j'ai raconté ma mésaventure à Pat' et Justin, ils m'ont regardé et tous les deux : "Tu sais d'où ça vient ?!". Alors là, pompom sur la Garonne. Manque plus qu'j'ai une soudaine envie de fraise et j'vais vraiment y croire. Entre Alba qui m'sort que j'ai pris (...)

Octobre.

J'ai même rien à dire. Ou peut-être beaucoup d'choses finalement alors j'arrive pas à faire le tri. Sylvestre m'a filé des annales du concours d'entrée pour l'école d'ing' par alternance. Les maths ça peut aller, si j'révise bien, mais la méca. Ca va être chaud, et j'espère secrètement que Sylvestre va m'aider. J'y arriverai pas toute seule et lui, je sais qu'il pourra m'faire faire des miracles. Rien que pour l'impressioner j'ai envie d'bosser. Mais surtout pour passer du temps avec lui. C'est vraiment quelqu'un de mystérieux mais j'suis sûre qu'il y a beaucoup à apprendre (...)