People Always Leave

← Retour au journal

février 2010

Week-end.

Vendredi soir : sortie du taff à 20h à cause de mon putain d'rapport d'activité à finir. J'l'ai trop torché à la fin mais j'en avais ras-l'cul. Et aussi parc'que c'était l'heure à laquelle j'avais prévu d'arriver chez William. Pétrole, maison, dîner, douche, épilation et habillage. Pour une fois j'ai fait un effort d'ce côté-là : mini-jupe et collants, au cas où ils voudraient aller en boîte ou même dans un bar. Sauf que ça a servit à que dalle parc'que j'ai cherché William et on est allé chez un d'ses potes où on a squatté toute la soirée. Quasi tout l'monde était (...)

Elle est pas belle !

Elle est juste très mignonne. J'm'attendais pas à la voir hier soir. J'pensais que Didier allait venir seul. Ben non. Ca m'a gêné. Si elle avait pas été là j'aurais pu délirer avec lui, faire comme d'hab'. Mais là y'avait elle. Et j'sais pas, j'avais pas trop envie d'me faire remarqué. J'ai donc passé ma soirée avec William et Petit Canard. Sauf quand Didier me parlait bien sûr. Pourtant j'ai tout essayé ! J'ai fais comme si de rien était, comme si j'l'avais pas entendu, j'essayais de me concentrer à fond sur William pour pas que je tourne la tête vers eux. J'aurais plus ou (...)

"On est là et on kiffe."

"Ben ouais, c'est ça la vie. C'est exactement ça William.". 1h30 de téléphone avec mon William et une pêche d'enfer s'insinue en moi ! J'me sens spécialement forte, comme une guerrière, prête à tout dévaster, sans peur au ventre, juste l'adrénaline qui bouillonne contre mes tempes. On a passé la dernière demi-heure à parler de Vinc'. J'ai dit à William comment j'ai halluciné quand il s'est assis sur ma Saxo dimanche et tout. Bon, comme William a aucun soucis avec les gens, il a dit qu'ça l'a pas choqué. Mais il m'a raconté que quand j'suis partie de chez Loïc et que (...)

Faut pas croire tout c'que j'dis.

Effectivement, j'ai une sinusite. Sous antibio pendant 8 jours. Rien que c'matin j'ai faillit gerber son médoc' à la toubib. J'ai horreur de ça ! Effectivement dimanche j'étais chez William. J'avais appelé Didier avant de partir pour savoir si j'pouvais récupérer mes capotes. Au début j'lui ai pas dit l'objet de ma visite. Il paraissait emballé mais dès qu'lui ai parlé d'ma p'tite boîte rouge, il a tout d'suite changé de ton pour m'annoncer que c'était pas la peine, qu'il en avait utilisé mais qu'il me rachèterait une boîte. Ca m'a fait rire. J'le revois encore : "non non (...)

Tik Tok.

Soirée entre filles bien sympthique. Hélène était là au début mais vers 22h30 elle s'est barrée pour aller en boîte. J'ai parlé de mes histoires de cul à Mimi et Carole. Du coup on a beaucoup parlé de ça. Chacune a raconté ses expériences. C'était vraiment sympa et drôle. Ca m'a fait du bien. Entre temps j'ai échangé des textos avec William. Ce Monsieur tenait la chandelle au bar de Mut à Didier et sa copine. Comme j'le plains ! Il est rentré vers minuit. J'ai un mal de crâne fou mais pas comme d'hab'. J'pense que c'est à cause de mon rhume, j'mouche jaune canari (...)

Skype.

Ahlàlà que c'est bon de pouvoir rentrer pépère dans sa p'tite voiture le soir. Plus de stress à cause du bus. Musique à fond, chauffage à fond. Franchement, tout va pour le mieux ! Sauf que du coup j'suis ultra tentée de prendre ma caisse et aller voir William ce soir. J'ai tout l'temps envie d'être avec lui. J'me sens bien avec lui. Il me juge pas. On est en parfaite harmonie. J'ai installé Skype pour lui, j'me suis dis qu'ça allait être plus pratique et moins cher. Mais en fait il n'est jamais dessus. D'ailleurs, personne n'est là d'ssus. De tous mes contacts j'en ai pas vu (...)

I'm his North, his South, his East and West.

Vendredi soir réunion lingerie chez Marjo. C'était franchement nul. On se s'rait cru au marché, sauf que l'ensemble était à 94 euros au lieu de 15. Lamentable. Je préfère les nôtres, c'est plus structuré, de meilleure qualité et même légèrement moins cher. Ma frangine était du même avis. Samedi soir William m'a cherché. On avait rendez-vous à l'appart' du père de la Blonde pour une soirée entre célibataires. Comme d'hab' ça m'a fait un bien fou d'me retrouver dans la voiture avec William. Tout d'suite en arrivant j'ai eu une discussion avec la Blonde. J'lui ai dit que (...)

W. H. A. - Funeral blues

Stop all the clocks, cut off the telephone, Prevent the dog from barking with a juicy bone, Silence the pianos and with muffled drum Bring out the coffin, let the mourners come. Let aeroplanes circle moaning overhead Scribbling on the sky the message He Is Dead, Put crepe bows round the white necks of the public doves, Let the traffic policemen wear black cotton gloves. He was my North, my South, my East and West, My working week and my Sunday rest, My noon, my midnight, my talk, my song; I thought that love would last for ever: I was wrong. The stars are not wanted now: put out every one; (...)

Crève.

J'ai plus que jamais envie de partir. Voir autre chose, rencontrer d'autres gens, changer mes habitudes, découvrir et aimer ça, à en oublier le reste, ou presque. J'suis malade comme un chien. Gros rhume qui provoque un écoulement de 4 paquets de mouchoir par jour ce qui provoque mes narines en feu. Vive la Biafine périmée depuis 3 ans. C'matin j'me suis levée avec un mal d'oreille infernal. J'me suis dit qu'javais choppé une otite. J'ai pris deux Dol's, me suis recouchée un peu et puis j'suis arrivée au boulot avec plus rien, sauf le rhume. J'me suis dit qu'à 10h ça allait (...)

Moules-frites.

Samedi soir soirée annuelle des moules-frites à Ott. Bon moi j'mange pas d'moules mais pour ça ils prévoient du jambon et d'la salade. Et le tout est excellent ! Gary s'est pointé vers 1h du mat'. Il a fait pilier du bar et a payé ses tournées. On a pas mal discuté et surtout rigolé. Vers 3h ma frangine a exprès demandé à mon chef (ouais parc'que c'est lui et son voisin qui ont fait l'animation musicale) de passer une p'tite série de slow pour pouvoir danser avec Gary. A la troisième chanson, ma soeur m'a appelé pour que ce soit moi qui danse avec lui. J'me plante devant lui (...)

P'tite pause.

Hier soir après l'taff j'ai direct pris le train jusqu'à Mol. Là-bas William est v'nu m'chercher. Qu'est-c'que ça m'a fait du bien d'être à nouveau dans sa voiture. Ca m'avait manqué. Il m'avait manqué. Là on est direct allé au Basket où Vinc', Thomas, Maud et la Portugaise nous attendaient. J'ai fait la bise à tout l'monde mais j'ai pas dit un mot. Ensuite on est retourné à Mol pour aller manger. Là-bas pareil, j'ai à peine parlé. Vinc' arrâtait pas d'faire chier la Portugaise comme d'hab'. Quel con ! Mais j'suis contente parc'que j'l'ai complètement igonré et de ce (...)

Que dire ?

J'ai de plus en plus de mal à me motiver à écrire. En fait j'aurais tellement d'chose à dire que quand j'arrive d'vant cette page blanche, ben j'sais plus quoi écrire. Le taff a repris. Tout s'passe bien. Aujourd'hui j'ai bossé pour Alfred. C'est cool parc'que ça l'oblige à m'expliquer des choses, m'apprendre d'autres trucs et communiquer avec moi. Et Dieu sait qu'il a énormément de choses à m'apprendre. Je crois qu'ça lui plait de partager ses connaissances, sauf que pour lui j'ai l'impression que le fait de juste parler aux gens ça le fait chier. C'est étrange. Il est (...)